Dans les ruines de l’université de demain — Dialogue et marche sur le territoire du Campus Outremont de l’Université de Montréal (Cynthia Noury, UQAM / Simon Harel, Université de Montréal)

Par l’exploration du site Outremont qui doit accueillir un « campus urbain intégré » dès 2019, cette communication audiovisuelle interroge le potentiel de refondation de l’Université de Montréal à travers ce chantier majeur, ainsi que ses effets symboliques pour la communauté environnante (quatre arrondissements jouxtent en effet le site du futur campus). Ce dernier devant voir le … Lire la suite Dans les ruines de l’université de demain — Dialogue et marche sur le territoire du Campus Outremont de l’Université de Montréal (Cynthia Noury, UQAM / Simon Harel, Université de Montréal)

Sortir de l’habitation : penser en dehors des ruines (table ronde animée par Pierre-Luc Landry)

Annie DULONG , Posture de l’intellectuelle dropout Catherine MORENCY, Faire défection Catherine Morency fait référence au poème de Gherasim Luca, « Comment s’en sortir sans sortir » (réalisation de Raoul Sanglas, 1988). Période de discussion animée par Pierre-Luc Landry Avec Catherine Morency et Annie Dulong, et des commentaires de Christian Nadeau, Guillaume Dufour Morin, Frédérique Bernier, Frédérique Offredi, Kateri Lemmens, et deux … Lire la suite Sortir de l’habitation : penser en dehors des ruines (table ronde animée par Pierre-Luc Landry)

Pour et contre Babel : l’ambiguïté de l’université prise comme institution publique (Simon-Pier Labelle-Hogue, Université McGill)

D’abord réservée à une minorité politique, économique ou spirituelle en quête d’une élévation sociale (Charle et Verger, 1994), l’université a été sujette à une instrumentalisation étatique qui en a rapidement fait, en raison des conflits qui animaient l’Europe du dix-neuvième et du vingtième siècles, une enclave au cœur de la cité (Kiprianos, 2007 ; Prost, 1968 ; … Lire la suite Pour et contre Babel : l’ambiguïté de l’université prise comme institution publique (Simon-Pier Labelle-Hogue, Université McGill)

L’expérience furtive : vie et survie d’un étudiant dans une « nouvelle communauté de penseurs » ? (Guillaume Dufour Morin, Université du Québec à Rimouski)

Note : Cette communication a été présentée avec un diaporama. Les quatre passages en italiques correspondent aux quatre actions furtives documentées dans le diaporama, chaque action renvoyant, dans l’ordre, à son passage.  * Au mois de mai, il y a un jour, le 11 mai, pour être précis, un homme alla dans une bibliothèque d’une … Lire la suite L’expérience furtive : vie et survie d’un étudiant dans une « nouvelle communauté de penseurs » ? (Guillaume Dufour Morin, Université du Québec à Rimouski)

Le nerf de la guerre est une chose trop importante pour le laisser aux gestionnaires (Frédérique Offredi, Collège militaire royal du Canada)

La réflexion que je vais présenter ici semblera peut-être bien terre à terre, arrimée qu’elle est à des réalités qui ne suscitent pas toujours l’enthousiasme intellectuel : si ne s’est pas encore éteinte toute lumière dans les yeux de votre interlocuteur universitaire après que vous ayez prononcé les mots « gestion », « budget », « financement », « équilibre », « contrainte » et autres … Lire la suite Le nerf de la guerre est une chose trop importante pour le laisser aux gestionnaires (Frédérique Offredi, Collège militaire royal du Canada)

Étudier dans les ruines : la figure étrange de l’étudiant-client (Jean-Philippe Michaud, Université de Montréal)

Je veux traiter ici de Bill Readings, mais en portant mon attention sur la figure de l’étudiant-consommateur, ou de l’étudiant-client, c’est-à-dire sur l’expérience de celui ou celle qui est placé devant une offre de cours en entrant au baccalauréat dans un programme de lettres ou de sciences humaines. Plusieurs critiques se plaignent depuis longtemps du … Lire la suite Étudier dans les ruines : la figure étrange de l’étudiant-client (Jean-Philippe Michaud, Université de Montréal)

Du naufrage de l’université à la barbarie? (Maxime Ouellet, UQAM)

Ce ne sont pas les idées qui mènent le monde, c’est leur gestion Slogan HEC Montréal Le constat posé par Bill Readings[1] dans son ouvrage Habiter les ruines de l’Université est partagé par la plupart des commentateurs critiques qui se sont intéressés aux dérives de l’université contemporaine (Lyotard[2], Derrida[3], Freitag[4], Henry[5], Stiegler[6]). D’institution censée incarner … Lire la suite Du naufrage de l’université à la barbarie? (Maxime Ouellet, UQAM)

Une université inclusive et audacieuse : des Humanités de l’autre (Frédérique Chevillot, Université de Denver)

Je voudrais avant toute chose parler de positionnalité. Ce n’est certainement pas le m(ot le plus élégant de la langue dans laquelle je m’exprime aujourd’hui, mais c’est un concept important et nécessaire, et sans doute aussi difficile à manier qu’à correctement prononcer. En termes plus philosophiques, je pourrais poser la question ontologique par excellence : qui … Lire la suite Une université inclusive et audacieuse : des Humanités de l’autre (Frédérique Chevillot, Université de Denver)

Pour continuer d’exister. Quelques propositions pour une université de la pensée (Pierre-Luc Landry, Collège militaire royal du Canada)

« Nous devons admettre que l’université moderne est une institution en ruine tout en réfléchissant à ce qu’implique le fait d’habiter ses décombres sans verser dans la nostalgie romantique », écrit Bill Readings dans son ouvrage (1997 [2013] : 265). Je proposerai ici quelques repères bien personnels pour l’intellectuel que je suis qui souhaite toujours habiter l’institution, contre, malgré ou à cause des ruines et … Lire la suite Pour continuer d’exister. Quelques propositions pour une université de la pensée (Pierre-Luc Landry, Collège militaire royal du Canada)

L’université ré(interprétée) selon les référentiels de politiques publiques (Jean Bernatchez, Université du Québec à Rimouski)

Qui dit quoi à qui, pourquoi et comment ? Je suis politologue spécialisé en éducation et professeur à l’Université du Québec à Rimouski. Ma (dé)formation en science politique m’incite à commencer mon propos avec le questionnement de Lasswell, légèrement modifié : « Qui dit quoi à qui, comment et pourquoi » ? Harold Lasswell (1902-1978) est considéré comme le père … Lire la suite L’université ré(interprétée) selon les référentiels de politiques publiques (Jean Bernatchez, Université du Québec à Rimouski)